À propos de Wikipédia...

Un article a été publié sur Thot/Cursus, dans le cadre d'un dossier plus large sur l'« encyclopédisme ».

Il se trouve que j'ai eu le plaisir d'être interviewé pour l'un des articles de ce dossier (article réservé aux abonnés), consacré à l'utilisation de Wikipédia dans l'enseignement supérieur mais ce n'est pas à ce titre que j'écris ici.

Ne parvenant pas à poster mon (peut-être trop long !) commentaire à la fin d'un autre article, en accès libre celui-ci, s'interrogeant sur la possibilité d'une réelle neutralité pour Wikipédia, je dépoussière ce blog avec ma réponse ; la voici, in extenso ou, comme on écrit sur Wikipédia, ''in extenso'' :

Il y a quelques erreurs dans cet article...

Les "sysops" ne forment pas un comité éditorial. Ils disposent d'outils, leur permettant entre autres effectivement de protéger une page en écriture, ou de la supprimer ; mais ils n'ont le droit de le faire qu'en appliquant les règles édictées par la communauté.

Ce sont à la base des contributeurs comme les autres, ni plus ni moins anonymes, ni plus ni moins connus. Ils sont élus, sur la base du volontariat, par la communauté dont ils émanent -et cette communauté peut fort bien décider de retirer leur statut s'ils dérogent aux règles qu'elle a établies.

Il s'ensuit qu'en cas de litige éditorial, l'avis d'un administrateur ne vaut ni plus ni moins que celui de n'importe quel autre contributeur. Les débats sur l'admissibilité d'un article peuvent être lancés par tout un chacun, administrateur ou non, contributeur identifié par un pseudonyme, son nom réel ou bien son adresse IP de connexion. ces débats peuvent être conclus par tout un chacun. La suppression finale éventuelle de la page est effectivement du ressort d'un administrateur, mais il ne doit suivre que les recommandations formulées par le contributeur qui prend la décision de clore le débat, dans un sens ou un autre.

Le Comité d'Arbitrage n'est pas constitué de 12 volontaires élus pour un ou deux ans. Il n'y a pas de limite supérieure au nombre d'arbitres, mais il faut au moins 3 arbitres pour un arbitrage. Et ils sont élus, encore une fois par la communauté, pour des mandats de 6 mois renouvelables. Ce « CAr » n'a pas vocation à traiter les différends entre administrateurs, mais entre n'importe quels contributeurs. Il ne se prononce par sur des questions éditoriales, mais il est saisi quand, sur une durée assez longue, des contributeurs sont en conflit. Il ne se prononce alors pas sur les questions éditoriales (qualité des sources, notoriété...), mais sur le respect des règles de fonctionnement du projet, celles qui gèrent les relations que doivent avoir les contributeurs entre eux.

De plus, fort heureusement, il n'y a pas que les sysops qui surveillent avec vigilance ce qui se passe dans les articles ! Tout un chacun, avec un compte enregistré ou non (le fait d'avoir un compte facilite le processus), peut intervenir pour corriger une erreur, ou bien demander à un sysop la suppression d'une page.

La baisse du nombre de contributeurs, réelle si on ne considère que la Wikipédia anglophone, est grandement à nuancer. En effet, l'anglais est de facto une sorte de lingua franca de l'internet. On constate plutôt une redistribution des contributeurs: ceux qui, en raison du faible développement de la wikipédia dans leur(s) langue(s) natale(s), contribuaient sur la wikipédia anglophone, se redéploient maintenant sur des wikipédias moins développées, traduisant d'ailleurs souvent les articles en anglais dans leur langue natale, ou bien sur d'autres projets comme Wikimedia Commons ou Wikisource.

Cependant, à part ces quelques remarques sur le fonctionnement du projet, je souscris à la conclusion de l'article. Actuellement, Wikipédia est devenue incontournable. Même si on l'interdit, c'est inefficace car de toute manières, les élèves et étudiants vont s'en servir. Autant s'en servir aussi en tant qu'enseignant: c'est un outil très riche pour sensibiliser à la lecture critique, notamment via l'exigence du recours systématique aux sources (ce qui amène à s'interroger sur leur pertinence, leur point de vue...), mais aussi grâce à la comparaison, souvent possible, avec les articles sur le même sujet dans les autres versions linguistiques.

Wikipédia n'est pas une source -je ne connais aucun Wikipédien un tant soit peu chevronné qui le prétende. Tout comme une encyclopédie plus traditionnelle n'en est pas une, du reste. Ce sont des points d'entrée, pour se faire une idée générale d'un sujet. Si on veut vraiment creuser un sujet, il faut s'adresser directement aux sources, aux auteurs de référence. Du point de vue de l'enseignant, Wikipédia, en explicitant ce mécanisme de rédaction d'après les sources, qui découle directement de cette fameuse « neutralité de point de vue » annoncée comme un des principes fondateurs du projet, est un très bon outil pour sensibiliser les élèves à la lecture critique non seulement de Wikipédia, mais aussi, par ricochet, des media auxquels sont confrontés les jeunes (et moins jeunes!) et ainsi en faire des citoyens avertis.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet